HINDOUISME...

 ...Esprit de Tolérance et de bonne Volonté.

 

Compréhension et Appréciation des points de vue différents et, basé sur la révélation

que la Vérité comporte plusieurs apparences...

 

L'Hindouisme, génie intellectuel et spirituel de l'Inde, est une terminologie que des voyageurs arabes, il y a plusieurs siècles, ont cru bon de prêter à la religion des peuples de l'Hindoustan.

On les a nommés Hindous en raison du fait qu'ils peuplaient la région de l'Indus.

L'Hindouisme actuel est une fusion entre les cultes pratiqués par les populations autochtones

et celui importé par les Aryens qui envahirent le Nord de l'Inde, puis le Sud, 2000 ans avant l'ère chrétienne.

 

Le nom sanscrit de cet ensemble composite de traditions cultuelles populaires, systèmes rituels védiques, purâniques et âgamiques et témoignages scripturaires est en réalité

le Sanâtana-dharma, appelé aussi Ritam.

 

Sanâtana-dharma signifie "loi éternelle" ou "ordre cosmique éternel", et ses potentialités s'incarnent dans l'ordre social de la société humaine au travers de l'institution sacrée

des 4 castes appelées Catur-varna, littéralement "4 couleurs".

L'inspiration védique de ce concept prend sa source dans le célèbre hymne cosmogonique du rig-veda appelé "purusha-sûkta".

 

L’ « hymne de l'homme » universel dépeint le démembrement d’un géant cosmique, un être immense.

Sa tête devient les «Brahmana», (officiants du culte et sage lettrés),

son torse les « Kshatriya », (princes et guerriers),

son bassin et ses cuisses les «vaishyam», (exploitants agricoles et commerçants)

et ses pieds les « shudra », (artisans, artistes et bardes, serviteurs des trois autres castes).

 

Ces castes représentent en réalité les tendances d’un ordre quadruple présentes dans toutes les sociétés humaines.

Au fil des âges, en Inde, ces tendances se sont sédimentées dans des castes devenues héréditaires.

D’autre part, l’emploi révélateur du terme « purusha », qui signifie personne humaine, induit en nous la notion que pour les hindous, le transcendant

est immanent en l’homme.

Pierre-Sylvain Filliozat, dans sa préface de l’ouvrage « La religion de Shiva », œuvre prodigieuse d’érudition composée par Shrî Râmacandra Bhatt,

a su justement le souligner.

 

Le véhicule scripturaire originel du Sanatâna-dharma, le Véda, renvoie au concept de "Shruti"

" Shruti" a pour sens "ce qui a été entendu" par les sages ("rishi"), les vérités éternelles qu'ils ont entendues ou vues.

La tradition védique est dite "apaurusheya", d'origine impersonnelle.

On qualifie l'hindouisme de religion védique éternelle, car elle est supposée être une émanation directe des vérités ou principes philosophiques et spirituels de ritam.

C'est le fait qu'elle soit sans fondateur historiquement connu qui atteste, selon les Hindous, de ses origines divines et son caractère éternel.

La shruti, ce qui a été entendu par les sages, sous son acception védique, s'articule autour du "prasthâna-traya", la "triple autorité", composée:

 

-Des Védas.

-Des Brahma-sutra.

-De la Bhâgavad-Gîtâ.

 

Conte & Légende de l'Inde

"Une vieille légende Hindouiste raconte qu’il fut un temps où tous les hommes étaient des dieux.
Comme ils abusèrent de ce pouvoir, Brahma, le maître des dieux, décida de le leur retirer et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible

de le retrouver.

Oui, mais où? 
Brahma convoqua en conseil les dieux mineurs pour résoudre ce problème.
-Enterrons la divinité de l’homme, proposèrent-ils.

Mais Brahma répondit : Cela ne suffit pas, car l’homme creusera et trouvera.

Les dieux répliquèrent :Dans ce cas, cachons-la tout au fond des océans.

Mais Brahma répondit :
-Non, car tôt ou tard l’homme explorera les profondeurs de l’océan. Il finira pas la trouver et la remontera à la surface.

Alors, les dieux dirent:
-Nous ne savons pas où la cacher, car il ne semble pas exister sur terre ou sous la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour.

Mais Brahma répondit :
- Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais

à chercher.

Et depuis ce temps-là, l’homme explore, escalade, plonge et creuse, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui."